Gérer l’hyperactivité cérébrale : conseils et stratégies

La vie avec un cerveau « Hyper » : comprendre et gérer l’hyperactivité cérébrale

Les cerveaux « hyper » ont leur propre rythme, parfois difficile à suivre pour ceux qui les entourent. Mais il est essentiel de reconnaître que cette hyperactivité n’est ni un caprice ni un défaut mais une façon différente de fonctionner. La bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas sa faute si votre cerveau ou celui de votre enfant est comme ça, et donc déculpabilisez-vous. La mauvaise, c’est qu’il EST comme ça, et qu’il le sera toute sa vie, pour le meilleur et pour le pire. Dans cet article, j’explorerai avec vous ce qu’est exactement l’hyperactivité cérébrale, ses avantages et ses inconvénients, ainsi que des conseils pour mieux la gérer au quotidien.

Comprendre l’hyperactivité cérébrale :

Selon Cathy Assenheim, psychologue clinicienne spécialisée en neuropsychologie., l’hyperactivité cérébrale peut se manifester de différentes manières, mais elle est souvent associée à 2 types de fonctionnements cérébraux atypiques : le haut potentiel intellectuel (HPI) et l’hypersensibilité (HSP, highly sensitive person). Le HPI se caractérise par des aptitudes intellectuelles supérieures à la norme, tandis que le HSP désigne une sensibilité émotionnelle accrue aux stimuli internes (pensée, croyance, émotion) et externes.

Ces deux « hyper » partagent un réseau neuronal particulièrement développé dans certaines régions du cerveau, ce qui se traduit par une capacité de traitement de l’information plus rapide et plus intense. Cependant, cette hyper-réactivité peut également entraîner une sensibilité accrue au stress et aux émotions, ce qui peut être épuisant sur le long terme.

Les avantages et les inconvénients de l’hyperactivité cérébrale :

Avantages

L’hyperactivité cérébrale offre des avantages en termes de créativité, de pensée rapide et de capacité d’apprentissage.

Inconvénients

Cette hyper-réactivité comporte également des inconvénients, tels qu’une plus grande sensibilité au stress et aux émotions. Les personnes « hyper » peuvent se sentir constamment en alerte car leur seuil d’alarme est très bas. Leur cerveau consomme toujours plus d’énergie et des dérèglements hormonaux peuvent survenir : trop d’hormones de stress, trop peu d’hormones de bien-être.

Ceci peut entraîner un épuisement mental et émotionnel : saturation, débordements, fatigue, burn-out, dépression, troubles du système intestinal,…

Gérer l’hyperactivité cérébrale au quotidien :

Heureusement, il existe des stratégies pour mieux gérer l’hyperactivité cérébrale au quotidien.

Dans un style tout à fait accessible, témoignages à l’appui, l’auteure, dans la deuxième partie du livre, fournit plusieurs techniques « pour retrouver le contrôle de [s]on cerveau ».

Des techniques telles que la cohérence cardiaque, la luminothérapie et une alimentation équilibrée peuvent aider à « calmer » le cerveau et à prévenir les débordements émotionnels. Il est également important de reconnaître ses limites et de prendre régulièrement des pauses pour se reposer et se ressourcer.

Conclusion :

En conclusion, vivre avec un cerveau « hyper » peut présenter des défis uniques, mais il est possible de les surmonter avec les bonnes stratégies et un soutien approprié. En comprenant mieux l’hyperactivité cérébrale et en adoptant des techniques de gestion du stress, il est possible de vivre une vie épanouissante et productive, malgré les défis que cela peut présenter.

Pour aller plus loin

Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille le livre « Mon cerveau est hyper » de Cathy Assenheim. 
Un bon ouvrage de vulgarisation et une bonne base de départ pour aborder le sujet. Ceux qui ignorent qu’ils sont hyper et se reconnaîtront dans les descriptions (même si chacun est unique), y trouveront peut-être l’explication de leur mal-être, ceux qui le savent déjà mais n’arrivent pas à canaliser leur hyperactivité cérébrale y apprendront que ce n’est pas une fatalité et que des outils existent (même si la nature de leur fonctionnement cérébral ne changera pas).

lecture mars cerveau hyperAttention, comme toujours, il s’agit d’outils et de conseils proposés mais pas de baguette magique. Prenez ceux qui vous parlent et testez-les pour voir si cela fonctionne pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page

Retour en haut
Aller au contenu principal